Les points clefs du projet tram

Quel est le tracé du tram ?

Depuis décembre 2019, la ligne de Tram suisse n°17 roule sur l’agglomération d’Annemasse en desservant les zones les plus denses du territoire, depuis la douane de Moillesulaz à Gaillard jusqu’au Parc Montessuit à Annemasse, en passant par Ambilly. Sur l’agglomération, le tracé s’étend actuellement sur 2.1 km pour 4 stations, réparties sur les 3 communes. 

Avec le projet de prolongement de la ligne jusqu’au quartier du Perrier, le tracé s’étendra sur 3.3km avec au total 7 stations, soit une phase 2 longue de 1.2 km et 3 nouveaux arrêts sur Annemasse. Ils seront situés à des endroits clés tels que la place Jean Deffaugt (commerces et croisement avec le Bus à Haut Niveau de Service TANGO), la place de l’Etoile et le lycée des Glières. Les travaux devraient démarrer à partir de 2023 pour une mise en service fin 2025, sous réserve que les financements pour la réalisation du projet soient accordés.

Le tracé du Tram Annemasse Genève

Télécharger le détail du tracé

Les points clefs du projet tram

Le tram est-il connecté à la gare d’Annemasse?

Le terminus actuel du Tram situé au Parc Montessuit permet de rejoindre la gare en seulement 9 minutes à pieds. Avec le projet de prolongement de la ligne, le futur arrêt Place Deffaugt sera situé à 500 mètres de la gare (6 minutes à pieds) et profitera des connexions de plusieurs lignes de bus, dont le BHNS, qui mènent à la gare. Il sera donc aisé de se rendre à la gare ou de prendre le Tram depuis la gare.

Les points clefs du projet tram

Quel est l’intérêt du tram par rapport aux autres transports en commun?

Le tramway a une capacité plus importante et un meilleur confort que le bus. Son bilan carbone est également meilleur. Il circule sur des voies dédiées, ses temps de parcours sont donc réduits. Il a aussi un impact positif encore plus important que le bus en termes d’aménagement urbain.

Bus, BHNS, Tram ou Léman Express, le choix du mode se fait en fonction du nombre d’usagers à transporter (capacité) et de la distance entre les stations. La force du réseau à terme, est de bénéficier de tous ces moyens de transport qui sont complémentaires.

FAQ > Capacité/distance des transports en commun

Les points clefs du projet tram

Qui finance ce projet ?

Le Tram est un projet transfrontalier.

L’ensemble du projet représente un coût de près de 90 millions d’euros pour Annemasse Agglo et ses partenaires, financeurs du projet.

La phase 1 a coûté 58 millions d’€ HT. Pour l’aider à mener à bien ce projet, Annemasse Agglo a pu compter sur l’apport financier de l’Europe (Interreg), de la Confédération suisse, de l’Etat, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, du Département de la Haute-Savoie et des communes concernées.

  • la Confédération Helvétique : 40 %
  • Annemasse Agglo et les communes (Ambilly, Annemasse et Gaillard) : 24,18 %
  • l’État français : 11,45 %
  • le département: 21,58 %
  • l’Europe : 2,32 %
  • la Région Rhône Alpes : 0,47 %

Financeurs

Le coût de la phase 2 est estimée à près de 32 millions d’€ HT. Annemasse Agglo travaille actuellement sur le plan de financement afin d’être à même de démarrer les travaux à l’été 2023, dès lors que ces financements auront été accordés.
Les points clefs du projet tram

Le Léman Express (CEVA) et le Tram sont-ils complémentaires?

Le Léman Express (CEVA) et le Tram sont partiellement parallèles jusqu’aux eaux vives mais n’assurent pas le même service et s’adressent à des usagers qui ont des origines et des destinations différentes.

Le Tram offre une desserte beaucoup plus fine : 19 arrêts contre 3 seulement pour le Léman Express, entre Annemasse et Eaux-Vives. La distance est d’environ 480m entre chaque station pour le tram alors qu’elle est de l’ordre d’1,5 ou 2 km pour le Léman Express.

Ces deux modes de transport sont donc complémentaires et maillent le Grand Genève de façon plus fine : le tram répond d’abord à ceux qui vont dans le centre de Genève, sur rive gauche (Chêne Bourg, Chêne Bougeries, Bel Air) ; le Léman Express répond prioritairement à ceux qui ont besoin de se rendre en périphérie, rive droite, à Plan les Ouates ou à l’aéroport. Depuis leur mise en service fin 2019, ces deux modes de transport rencontre un franc succès. Environ 8 000 passagers en moyenne montent dans le Tram chaque jour ce qui montre que cette infrastructure répond à une forte demande. 

Les points clefs du projet tram

Pourquoi les Suisses financent-ils un projet sur le territoire français ?

La Confédération Helvétique a souhaité dès 2005 que le fonds d’infrastructure doté de près de 7 milliards CHF pour financer les projets d’agglomération permette de financer des projets d’intérêt d’agglomération quelle que soit la localisation du projet.

Les partenaires français, genevois et vaudois du Grand Genève ont signé le 3 juin 2021 la 4ème génération de Projet d’agglomération pour le bassin de vie transfrontalier. Ce document quadriennal permet de proposer à la Confédération suisse un plan d’investissement en faveur de la mobilité, à hauteur de 520,8 millions de CHF pour la période 2024-2027 (tranche A). Celui-ci comprend 23 projets d’infrastructures dont le projet de prolongement du Tram Annemasse-Genève. Ce projet servira encore davantage les déplacements transfrontaliers, utiles au développement économique de l’ensemble du Grand Genève et pour l’amélioration de la qualité de l’air de l’ensemble du bassin Genevois.

Les points clefs du projet tram

Pourquoi prolonger le tramway genevois plutôt que de réaliser un bus en site propre ?

Tous les retours d’expériences en France montrent qu’il est difficile pour les voyageurs d’accepter un changement de moyen de transport (passer du BHNS au tramway par exemple) pour se rendre de son domicile à son travail. Le choix a donc été fait de supprimer le changement de transport à Moëllesulaz pour rendre les transports en commun encore plus attractifs et pertinents face à la voiture.