Les points clefs du projet tram

Quel est le tracé du tram ?

Le Tram sera prolongé de la douane de Moëllesulaz jusqu’au cœur d’Annemasse, en passant par Gaillard et Ambilly.

Son tracé côté français s’étendra sur 3,3 km pour 7 stations, soit, en moyenne, 480 m entre chaque station.

Son tracé a été étudié pour desservir les zones les plus denses de l’agglomération et nombre de sites clés tels que la place Jean Deffaugt (commerces et croisement avec le Bus  à Haut Niveau de Service TANGO), la place de l’Etoile et le lycée des Glières à Annemasse, la Croix d’Ambilly ainsi que La Tour et Millet à Gaillard.

Les travaux seront organisés en 2 phases :

  • une première phase de 2017 à 2019 de la douane de Moëllesulaz jusqu’au Parc Montessuit à Annemasse ;
  • une seconde phase, à partir de 2020 pour terminer le tracé jusqu’au lycée des Glières.

Le tracé du Tram Annemasse - Genève

Télécharger le détail du tracé

 

Les points clefs du projet tram

Quel est le temps de parcours ? Et la fréquence ?

De la frontière à son terminus, le parcours se fera en 11 minutes 30 secondes environ (alors que la ligne 1 met près du double actuellement à l’heure de pointe entre Dusonchet et Moëllesulaz). A la mise en service, il est prévu 1 tram toutes les 8 minutes, offrant 237 places dont 66 assises.

Le Tram circule sur un parcours qui lui est réservé. Sa vitesse moyenne sera de 17,3 km/h, soit un mode de transport plus rapide que la voiture aux heures de pointe.

 

Les points clefs du projet tram

Le tram sera-t-il accessible ?

Le Tram ainsi que tous ses arrêts seront accessibles aux personnes à mobilité réduite. Le projet Tram s’insère en effet dans la loi sur l’accessibilité.

Accessibilité

Les points clefs du projet tram

Quelles sont les dates de travaux et de mise en service ?

Les travaux débuteront le 30 janvier 2017 et s’achèveront en 2019 pour la phase 1. La mise en service du tram sera alors effective en novembre 2019 de Moëllesulaz jusqu’au Parc Montessuit.

Les travaux de la phase 2 (Parc Montessuit > Lycée des Glières) débuteront en 2020 pour s’achever deux ans plus tard. Le tram poursuivra alors sa route jusqu’au lycée des Glières dès 2022. 

Les points clefs du projet tram

Quels sont les services voyageurs prévus ?

Chaque arrêt de tram sera équipé d’une borne d’information voyageurs (BIV) qui affichera en temps réel le temps d’attente du prochain tram ainsi que la correspondance avec le bus.

Le tram et les autres modes de transport

Qu’est-ce que le BHNS ?

Le Bus à Haut Niveau de Service, dénommé TANGO sur notre agglomération, est un moyen de transport offrant un niveau de confort, une vitesse, une fréquence et des services plus importants que les bus classiques.

BHNS TANGO

TANGO circule aujourd’hui sur 2 lignes T1 et T2 avec une fréquence de 15 minutes (9 minutes à terme) et une vitesse plus importante que celle des voitures aux heures de pointe puisqu’il circule sur des voies dédiées sur la moitié de son parcours.

Les bus ont la priorité dans les carrefours et sont détectés aux feux, ce qui leur permet d’assurer un service régulier et de qualité.

Les bus affectés à ces lignes sont neufs, moins polluants, accessibles et la ligne est équipée de bornes d’information qui indiquent les horaires de passage en temps réel.

TANGO relie le centre d’Annemasse à Moëllesulaz et au lycée Jean Monnet (T1 – 17 stations). Il relie également Altéa (à Juvigny) à la gare d’Annemasse, via le centre de Ville-la-Grand, en 10 minutes puis rejoint Moëllesulaz (T2 – 21 stations).

Le tram et les autres modes de transport

Combien de parkings P+R sont prévus et où seront-ils situés ?

2 parkings P+R (Parkings relais) sont en cours de construction et seront en place en 2018 aux deux terminus du Bus à Haut Niveau de Service TANGO, avec une capacité de 250 véhicules pour chaque parking.

Ces P+R seront situés à Cranves-Sales, sur le site Altéa, dans un secteur actuellement boisé situé en face du Leroy Merlin et à Vétraz-Monthoux, près du lycée Jean Monnet.

P+R Jean Monnet, Vétraz-Monthoux :P+R Monnet

Le tram et les autres modes de transport

Qu’est-ce que le Léman Express (CEVA) ?

Le Léman Express (CEVA, Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse) est le futur RER transfrontalier reliant la gare d’Annemasse à la gare de Cornavin en moins de 25 minutes. Il permettra également d’améliorer le transport ferroviaire (fréquence et vitesse) sur les axes Lausanne, Evian, La Roche sur Foron, Annecy et Bellegarde.

CEVA - Ligne

Les travaux, pilotés par SNCF Réseau, ont commencé au printemps 2015.

Le Léman Express sera inauguré fin 2019.

En savoir plus sur le site CEVA France

Le financement du projet

Qui finance ce projet ?

Le Tram est un projet transfrontalier.

Pour la phase 1, qui représente 57 millions d’euros, les financeurs sont :

  • la Confédération Helvétique : 40 %
  • Annemasse Agglo et les communes (Ambilly, Annemasse et Gaillard) : 24,18 %
  • l’État français : 11,45 %
  • le département: 21,58 %
  • l’Europe : 2,32 %
  • la Région Rhône Alpes : 0,47 %

Financeurs

Pour la phase 2, un accord financier reste à trouver dans les 3 ans pour pouvoir poursuivre le projet. Le coût global s’élève aujourd’hui à 85,6 M€.

Le tram et les autres modes de transport

Y’aura-t-il des abonnements avec le stationnement en P+R compris ?

Des titres combinés seront mis en place afin de favoriser le stationnement dans les parkings relais (P+R) et prendre ensuite les transports en commun.

Les points clefs du projet tram

Pourquoi le tram ne va pas à la gare ?

Le tracé du Tram a été pensé en fonction de la densité de population et des besoins en termes de desserte.

En effet, la concentration de la population est aujourd’hui d’avantage tournée vers le centre d’Annemasse et le quartier du Perrier ; non plus vers la gare comme cela était le cas auparavant.

Avec le futur Léman Express (CEVA) et les lignes de bus déjà en service, la desserte en transports en commun de la gare d’Annemasse sera suffisante.

L’arrêt de tramway Place Deffaugt est situé à 500 mètres de la gare (6 minutes à pieds) et profite des connexions de plusieurs lignes de bus, dont le BHNS, qui mènent à la gare. Il est donc aisé de se rendre à la gare après être descendu du Tram.

Le financement du projet

Pourquoi les Suisses financent-ils un projet sur le territoire français ?

La Confédération Helvétique a souhaité dès 2005 que le fonds d’infrastructure doté de près de 7 milliards CHF pour financer les projets d’agglomération permette de financer des projets d’intérêt d’agglomération quelle que soit la localisation du projet.

Dans notre cas, l’infrastructure est située sur France mais elle sert les déplacements transfrontaliers utiles au développement économique de l’ensemble du Grand Genève.

En aucune manière ce n’est l’impôt des résidents suisses qui finance les infrastructures de transport du Grand Genève mais l’impôt des frontaliers (suisses ou français) transportés.

Le financement du projet

Pourquoi les Français devraient-ils financer seuls un projet transfrontalier ?

Ce n’est pas le cas, la Confédération Helvétique apporte une part du financement par le fonds d’infrastructure du projet d’agglomération.

Les points clefs du projet tram

Pourquoi le projet a-t-il pris autant de retard ?

Des retards dans les votations des financements côté suisse ont fait prendre du retard au projet Tram. Les financements sont maintenant assurés et permettent de mettre en oeuvre ce projet transfrontalier.

Le tram et les autres modes de transport

Quel est l’intérêt du tram par rapport au bus ou au Léman Express (CEVA) ?

Le tramway a une capacité plus importante et un meilleur confort que le bus. Son bilan carbone est également meilleur. Il circule sur des voies dédiées, ses temps de parcours sont donc réduits. Il a aussi un impact positif encore plus important que le bus en termes d’aménagement urbain.

Le Tram a une desserte beaucoup plus fine que le Léman Express (CEVA) : la distance est d’environ 480 m entre chaque station pour le tram alors qu’elle est de l’ordre d’1,5 ou 2 km pour le Léman Express. Par ailleurs, le Tram dessert le centre de Genève alors que le Léman Express dessert la périphérie en contournant le centre ville pour revenir ensuite à Cornavin.

En résumé : bus, BHNS, Tram ou Léman Express, le choix du mode se fait en fonction du nombre d’usagers à transporter (capacité) et de la distance entre les stations. La force du réseau à terme, est de bénéficier de tous ces moyens de transport qui sont complémentaires.

FAQ > Capacité/distance des transports en commun

Le tram et les autres modes de transport

Le Léman Express (CEVA) et le tram sont parallèles. Le tram est-il réellement utile ?

Le Léman Express (CEVA) et le Tram sont partiellement parallèles mais n’assurent pas le même service et s’adressent à des usagers qui ont des origines et des destinations différentes.

Le Tram offre une desserte beaucoup plus fine : 19 arrêts contre 3 seulement pour le Léman Express, entre Annemasse et Eaux-Vives.

Ces deux modes de transport sont donc complémentaires et maillent la métropole de façon plus fine : le tram répondra d’abord à ceux qui vont sur rive gauche (Chêne Bourg, Chêne Bougeries, Bel Air) ; le Léman Express répondra prioritairement à ceux qui ont besoin de se rendre rive droite, à Plan les Ouates ou à l’aéroport.

Les points clefs du projet tram

Pourquoi prolonger le tramway genevois plutôt que de réaliser un bus en site propre ?

Tous les retours d’expériences en France montrent qu’il est difficile pour les voyageurs d’accepter un changement de moyen de transport (passer du BHNS au tramway par exemple) pour se rendre de son domicile à son travail. Le choix a donc été fait de supprimer le changement de transport à Moëllesulaz pour rendre les transports en commun encore plus attractifs et pertinents face à la voiture. 

Les points clefs du projet tram

Quel sera le prix d’un ticket ?

Dans le cadre de la mise en place du Léman Express (CEVA), l’ensemble des opérateurs de transports (Région Auvergne-Rhône-Alpes, CFF, Canton de Genève, etc..) travaille sur une refonte complète des zones tarifaires, les tarifs précis seront donc connus après 2017.